Infos Business

ESPACE PUB

Développement durable: Des experts africains face aux enjeux de la biodiversité

Développement durable: Des experts africains face aux enjeux de la biodiversité La biodiversité et les services écosystémiques ont fait l’objet d’une réflexion de haut niveau, trois jours durant, à Abidjan. Du 10 au 12 avril, s’est tenu au Centre suisse de recherche scientifique (Csrs), sis à Adiapodoumé, route de Dabou, un atelier régional de restitution qui a réuni une quarantaine de scientifiques issus de sept pays de l’Afrique francophone: Bénin, Burkina Faso, Côte d’ Ivoire, Cameroun, RD Congo, Mauritanie et Tchad et des spécialistes du Canada et de l’Allemagne. Cette rencontre a été focalisée sur le thème : « Evaluation régionale Ipbes de la biodiversité et des services écosystémiques en Afrique- quelles leçons à tirer ? ». Elle a bénéficié de l’appui institutionnel du ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable. Lors de la cérémonie d’ouverture, le représentant de la ministre Anne Désirée Ouloto a situé les enjeux pour la Côte d’Ivoire. « La biodiversité, c’est la vie. Et c’est à juste titre que les Nations unies y ont consacré une convention lors du Sommet de la terre, il y a de cela un quart de siècle, à Rio de Janeiro, en 1992. Les services écosystémiques entretiennent cette vie. Œuvrer pour assurer et perpétuer les services écosystémiques, c’est lutter pour le maintien d’une meilleure qualité de la vie, lutter pour assurer la survie de toutes les espèces et surtout pour l’espèce humaine », a indiqué le colonel Adama Tondossama, le Dg de l’Office ivoirien des parcs et réserves (Oipr). Ajoutant que « l’objectif du gouvernement ivoirien est d’atteindre un taux de couverture forestière d’au moins 20% du territoire national à l’horizon 2030 ». Le rendez-vous d’Abidjan découle, en effet, d’une évaluation faite du 17 au 24 mars, à Medellín, en Colombie, dans le cadre de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et des services écosystémiques, en abrégé Ipbes. Les services écosystémiques étant « l’ensemble des services ou bénéfices que la nature apporte à l’homme », a précisé le Dr Karim Ouattara, qui représentait le directeur général du Csrs Côte d’Ivoire à l’ouverture de l’atelier. « Après Medellin, les experts de la région Afrique ont voulu se réunir à Abidjan pour faire le point sur les résultats obtenus et réfléchir sur la manière d’utiliser ses résultats dans le futur et la mise en place des plateformes nationales dans chaque pays africain », a dit le Dr Hyacinthe Tié, le point focal Ipbes en Côte d’Ivoire. Les écosystèmes africains ayant plusieurs composantes notamment les forêts, les savanes, le désert, etc., la rencontre d’Abidjan a permis aux participants de s’approprier et de réfléchir sur les propositions faites par des experts sur les niveaux de dégradation de la biodiversité africaine. Dans la mesure où l’évaluation de Medellin atteste que « l’Afrique dispose d’un actif unique qui est gravement menacé ». Ces experts ont achevé leurs assises en ayant tiré de bonnes leçons de l’évaluation de Medellin pour pallier les différentes problématiques de cette biodiversité africaine soumise à rudes épreuves. Cet atelier de haut niveau a bénéficié de la contribution de spécialistes venus de la coopération allemande Giz, du Wabes, de ValuES,ets fratmat.info

1523878431     16/04/2018

Vous avez le choix entre remplir ce formulaire et
nous écrire á info@pmeservices.net